Nomad Lovers

Thoughts, stories and ideas.

Tuesday

12

April 2016

Goodbye Malta & Welcome Tenerife !

by Elo, on Tenerife, tenerife expat story

tenerife

Le 20 novembre 2015 était un jour de départ, de renouveau, mais aussi de stress, d’attente, et d’heures de trajet interminables.

Oui j’aurai pu en parler avant, mais je tenais à finir les articles de Malte avant de passer à nos aventures de Tenerife. Sauf que je n’y arrive pas et qu'il faut savoir revenir sur une décision stupide. Donc, je mélangerai un peu les articles comme ça viendra, en espérant ne pas trop te perdre ami lecteur !

Quelques mois avant notre départ, on a décidé de faire une croix sur la majorité de nos affaires pour nous contenter de 30 kgs de bagages chacun ! Facile… ouais, ou pas… Il s’est avéré que vendre et donner les affaires de cuisine, ça, ça allait. Le plus chiant, disons le clairement, c’était les effets personnels comme les fringues, les chaussures et tout ce qu’une femme est capable d’accumuler. Oui parce que Chris n’ayant pas eu autant de problème que ça, je me suis donc dit que la condition féminine devait fortement jouer en ma défaveur. Il était indispensable que j’emporte avec moi mes vernis, oui je sais c’est puéril mais je suis addict, ainsi que ma balance connectée et quelques denrées alimentaires non consommées.

Bref, autant te dire que j’ai passé des mois à faire du tri, faire des essais de valises et de pesée, etc…. Conclusion : lors de notre dernier passage en France, j’ai rapatrié et stocké des affaires chez belle-maman (louée soit belle-maman) et fait un don impressionnant de matériel nail art à ma soeur ! En étant honnête, c’est l'étape qui a été la plus difficile à faire, puisque aujourd’hui encore, je me dis qu’il me manque des vernis ! Faiblesse quand tu me tiens...

Malgré tout, quand novembre est arrivé, j’étais fière et surtout persuadée d’avoir fait le nécessaire pour le jour J. GROSSE ERREUR !!!! La veille de notre départ, le 19 novembre AU SOIR, ma valise dépassait encore de 3 kgs... L’envie de m’insulter pleurer est vite montée, mais comme ça n’aurait rien arrangé, j’ai juste jeté l’excédent ! Ok, j’avoue avoir quand même regardé les tarifs applicables pour 3 kgs supplémentaires… Mais j’ai vite compris que c’était ridicule de payer autant pour des fringues !

J’ai donc fini ma valise à pas d’heure mais soulagée d’atteindre notre objectif final : devenir de vrais nomades ! Ne restait plus qu’un obstacle : un ordi portable à vendre. On pensait qu’il trouverait facilement preneur, et il était évidemment hors de question de le jeter ! La valise de Chris ne contenant pas grand chose de jetable, bonjour la panique... Le dernier espoir de vente est arrivé à ce moment là ...soulagement extrême... et je peux te dire qu’on a prié de toutes nos forces ! Eurêka, l’ordinateur a trouvé un nouveau propriétaire à quelques heures du décollage, mieux vaut tard que jamais... On s’est promis de ne plus jamais attendre la dernière minute pour vendre toutes nos affaires ! Promesse déjà faite lors de notre départ de France, je sais...

Bref, nous voilà le jour J avec nos valises bouclées, l’état des lieux fait, la caution récupérée et le chat empaqueté : direction l’aéroport ! Cette fois pas de stress pour Noisette, elle était bel et bien prévue en cabine avec nous et tout s’est bien passé.

Aéroport de malte

A commencé alors… l’attente ! Notre devise : toujours mettre à profit ce genre de moments, et en grands épicuriens que nous sommes, on s’est installés pour boire et manger un peu ! Noisette, trop stressée pour bouger une moustache, a quand même fait sensation dans son sac à dos, et nous a permis de papoter avec les italiens de la table d’à côté.

Le premier trajet en avion, direction Barcelone, a été relativement rapide. Par contre, l’escale de plus de 4h sur place, a été plus dure à vivre ! Qu’à cela ne tienne : nous avons visité l’aéroport, regardé les magasins, trouvé les toilettes, picolé… regardé les magasins, trouvé les toilettes, picolé… 4 heures, c'est long !

Aéroport de Barcelone

Pour le deuxième trajet, on commençait vraiment en avoir plein les pattes on se languissait d’arriver et Noisette aussi ! Bref, après 3h30 de vol : Tenerife, nous voilà !!!

On espérait en prendre plein les yeux dès l’arrivée, mais on a atterri de nuit, grosse déception de ce côté là... Heureusement, l’euphorie de notre nouvelle île a pris le dessus ! Enfin... jusqu’à ce qu’on réalise que ma valise en soute avait tout bonnement disparu….

En fait, on a la poisse avec nos bagages ! Quand on a déménagé à Malte, c'est l’intégralité de nos cartons (soit 180 kgs) qui a pris la direction de... Chypre… Ça forge le caractère et ça développe le sens de l’humour : je n’aurai plus à me prendre la tête sur le tri à faire, je laisserai les compagnie aériennes s’en charger LOL !

Bref, on a été signaler la perte de ma valise… et réaliser qu’on n’arrivait pas à joindre notre hôte AirBnB qui venait nous chercher… Grand moment de solitude nocturne dans un aéroport vide : « et si Théodora décidait de repartir sans nous ? »

Plan A: on reste ensemble pour affronter l’adversité et dormir sur place si besoin… Pas le plus pratique, surtout avec un chat...
Plan B: distribution des tâches : Chris part à la recherche de notre logeuse et moi je me dépatouille avec la compagnie ! Même Noisette a approuvé le nouveau plan d’action.

Le destin ne peut pas nous en vouloir sur tous les plans, c’est impossible et ça s’est vérifié : l’hôtesse de l'aéroport, en plus d’être efficace et ultra sympa, parlait aussi bien espagnol, qu’anglais… QUE FRANÇAIS, yes !! Une chance qui, je dois l’avouer, a grandement facilité les explications et les recherches.
Bon à savoir : c’est assez courant que les valises se perdent à Barcelone, lors des escales ! J’étais ravie d’apprendre cette bonne nouvelle, qui voulait forcément dire que leur système de récupération était bien rodé. Et effectivement, ma valise est rentrée toute seule au bout de 2-3 jours ! Béni soit Vueling qui, finalement, ne se permet pas le tri involontaire des affaires d’autrui !

Entre temps, Chris avait réussi à trouver notre hôte, qui soupçonnant un problème, nous avait gentiment attendu ! Un couple d’italiens, ultra sympas, qui a passé les 1h30 de trajet, entre l’aéroport et l’appartement, à nous donner toutes les informations sur l’administration à faire, les pratiques courantes et la vie à Tenerife. La fatigue aidant, on a du passer pour des rustres introvertis pas très réceptifs à leurs efforts…. C’était tout le contraire, on était ravis de leur aide et de leur accueil et leur avons présenté nos excuses pour notre manque d’enthousiasme visible. Espérons qu’ils aient compris...

L’appartement en Airbnb, que nous avions loué pour une semaine, était juste parfait, autant pour sa vue mer que pour son confort et son emplacement. Après 12h de trajet, on était heureux de pouvoir profiter de la terrasse, bercés par le bruit des vagues ! N’oublions pas Noisette, qui a vécu l’ouverture du sac à dos comme une délivrance, et qui a pu se dégourdir un peu les pattes.

Tenerife vue mer depuis notre appartement AirbnbEnfin arrivés à destination pour de nouvelles aventures !!

Elo
Elo