Nomad Lovers

Thoughts, stories and ideas.

Tuesday

24

February 2015

Apprendre l'anglais (1/2) : Les Cours !

by Elo, on Malte, malte expat-story

anglais

Comme je l'ai expliqué dans Le début d'une nouvelle vie, l'anglais n'était pas mon fort et vivre dans un pays anglophone c’est bien, parler l’anglais ce serait mieux ! « Tout s’apprend et une fois sur place je n’aurai pas le choix » voilà ce que je disais lorsqu'on me posait la question : « Comment tu vas faire ? ».

Trois semaines avant notre départ, Chris a publié un message sur un groupe Facebook, afin de trouver un interlocuteur et apprendre cette langue tant redoutée. Ce groupe est composé principalement d’expatriés et, peu importe leur pays natal, ils communiquent tous dans la langue universelle qu’est l’anglais. Trois personnes ont répondu : une prof d’anglais de nationalité française, un anglais qui proposait un échange linguistique avec sa femme, et une anglaise proposant les services de son père. Après les avoir remerciés, Chris leur a promis un prochain contact dès notre arrivée sur place.

Moteur : Comment se sentir seule au monde - (En une prise) - Etttt Action !

Emménager dans un autre pays, ça veut dire faire des courses complètes dès le premier jour. Prendre les produits dont nous avions besoin et passer en caisse c’est pas franchement sorcier donc forcément j’y suis allée seule. ERREUR !! Ici, lorsque le montant de tes courses dépasse les 100€, tu as des offres en fonction du magasin. Moment de solitude intense quand la caissière essayait désespérément de m’expliquer le topo… Au bout d’environ 10 min (qui m’ont parues une éternité) elle a littéralement craqué et m’a imprimé un ticket de réduction à valoir sur ma prochaine note… OK, il était temps de remédier à ce problème et de reprendre contact avec les trois personnes prêtes à m’aider !

Pas facile d’y arriver sans réponse…

Autant être honnête, j’ai carrément zappé l’option prof pour commencer ! Je me suis dit que papoter avec une nana de mon âge tranquillement autour d’un verre ou en faisant du shopping serait bien plus fun. Le 26 octobre Chris a donc contacté la personne qui nous proposait un échange linguistique. Le 30, 7h du matin, toujours pas de réponse... ça commençait mal… J’ai envoyé un mail Facebook directement à la prof française en espérant avoir de ses nouvelles dans la journée. Pas de chance, aucune réponse non plus de ce côté là… Etant d’une nature LEGEREMENT impatiente, à 18H30 le même jour, j’ai contacté la jeune femme qui proposait les services de son père. Et là, ENFIN, j’ai eu une réponse ! Seul hic : elle me donnait le numéro de téléphone de son père afin de le contacter directement… Autre moment de solitude intense en prévision : envisager de téléphoner... HAHAHA même pas en rêve ! Je me suis donc tournée vers Dieu, en la personne de Chris mon SAUVEUR ;-)

YES, j’ai un RDV !!

Le 31 octobre, Chris a accepté de passer le coup fil à Mr T.H. qui nous a donné rendez-vous le lendemain (samedi 1er novembre = c’est pas en France qu’on verrait ça) au McDo (ça aussi c’est nouveau) en bas de chez nous ! Nous avons discuté durant 2 bonnes heures avec T. et sa femme. Le feeling est passé aussitôt ! Gentil, prévenant, parlant calmement, il a réussi a me mettre à l’aise assez rapidement même si je ne comprenais pas tout. Chris a pu faire l’interprète lorsque j’avais besoin d’aide (autant dire souvent) car en fait, T. ne parlait pas (ou vraiment très peu) français. Tant pis, le courant passait, google translate était efficace et il acceptait de baser ses cours sur la conversation plutôt que sur du traditionnel ! Je n'allais pas chercher plus loin, la troisième tentative serait la bonne et j'y croyais à fond !

Une première semaine difficile

Lors de notre entrevue du samedi, nous avions prévu de nous voir trois fois par semaine, les lundi, mercredi et vendredi, de 9h à 11h. J’ai donc démarré dès le lundi suivant, à savoir le 3 novembre (faut pas laisser retomber la motivation), sous une pluie torrentielle… Mauvais présage ??? Nooooon… enfin, je l’espérais :-p
Cette première semaine a été catastrophique LOL ! Je ne comprenais absolument rien ! Les cours étant basés sur la conversation, nous n’étions pas forcément installés avec un ordinateur (adieu google translate) mais plutôt dans un bus, ou en visite d’une ville, pour m’habituer à parler anglais avec les « autochtones ». Hard, est le mot le plus approprié à la situation. Mes après-midi se résumaient à dormir pour récupérer un minimum de cerveau avant qu'il ne disjoncte.
Je dois reconnaitre qu’à ce moment là, j’en ai eu ras-le-bol ! Chris m’a convaincu d’en discuter avec lui, il était même prêt à rédiger un mail pour moi. Il me fallait tout de même pratiquer, alors, munie de mon ordi et d’un bloc note, j’ai posé toutes mes pensées sur le papier. Le cours suivant, j’ai pu, sans mon aide mémoire (fierté personnelle), expliquer la situation à T. et lui faire part de mon besoin de changer certaines choses. Je ne voulais pas de cours traditionnels mais, si la méthode ne fonctionne pas, il suffit d’en adopter une autre :-)
Heureusement, il a très bien compris et, à partir de ce moment là, les cours se sont effectués avec bureau et ordi, alternant conversations et grammaire. Le tout en prenant des notes bien sûr. Dès cet instant, j’ai pu progresser tout en appréciant et c’est bien la première fois de ma vie que ça m’arrivait car j’ai toujours détesté les cours d’anglais ainsi que les profs de cette matière... comme quoi tout arrive dans la vie ;-)

Tout a une fin… et un nouveau début, of course !

Avec la nouvelle technique d’apprentissage mise en place, je n’ai pas vu le temps passer jusqu’au 22 décembre, dernier cours de l’année. Entre les fêtes et nos visites respectives à nos familles, nous avons repris le 23 janvier. Durant cette période, j’ai pris conscience que l’anglais était plus facile et plus fluide. Mr T.H. me le disait souvent : « maintenant il faut pratiquer en parlant avec du monde », il était temps, en effet, de passer à une autre méthode. Mes cours se sont donc terminés le vendredi 30 janvier 2015.
Nos séances ont souvent été ponctuées de fous rire, d’échanges divers et de structuration. Sa femme était moins facile à comprendre que lui mais c'était sympa de pouvoir, de temps en temps, échanger avec une personne ayant un autre accent. Il y avait également des moments de frustration où les différences entre Français et Anglais étaient à prendre en compte en plus de la langue. Par exemple : comprendre ce que ton prof t’explique sur le système scolaire, réaliser qu’il est très différent d’en France et réussir à lui expliquer comment ça fonctionne chez nous par rapport à chez eux… Tendu au début et ce n’est qu’un exemple parmi d’autres.
J’ai pu réaliser que beaucoup de choses étaient différentes entre nos deux pays et j’ai vraiment trouvé ces échanges passionnants. Il restera le meilleur professeur d'anglais que j’ai eu et, comme dit Chris, : « Il a fait des miracles » !

J'étais un cas totalement désespéré et j'ai réussi un premier pas, alors pourquoi pas vous ? ;-)


Apprendre l'anglais 2/2 : Les séries & les films !

Elo
Elo